mardi 11 septembre 2012

René Allio : Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et monfrère... (1976)


Ça vous dit une séance de L'Étrange Festival tranquilou dans votre canapé, loin des croutes de cheveux sur les sièges et des discussions du type "tu te souviens de la rétrospective Tsui hark à la Cinémathèque en 1997 ?", avec ce chef-d'œuvre oublié (encore un !) des 70's ?

René Allio, soutenu par Serge Toubiana et Pascal Bonitzer au scénario, adapte ici une étude de Michel Foucault (publiée 2 ans avant Surveiller et Punir) à propos d'un parricide survenu en 1835 en Normandie, avec pour parti pris de faire jouer les rôles de paysans uniquement par des gens de la campagne, et donc amateurs.
Austère et froidement bressonien (désolé pour ce cliché), le film n'en est pas moins rongé par une sourde mélancolie qui ne laisse pas indemne.




PS : je dédierais bien ce film à ma mère (paix à son âme) mais je n'ai pas envie de passer pour un fils ingrat...

3 commentaires:

  1. Le Sot-l'y-laisse12 septembre 2012 à 13:40

    C'est-y pas beau la Normandie ?

    RépondreSupprimer
  2. Juste pour signaler que le film a été restauré et édité par l'INA en 2007 avec pas mal de bonus et est également proposé en téléchargement (payant) sur leur boutique...

    http://boutique.ina.fr/dvd/cinema/cinema-fictions/PDTINA001547/moi-pierre-riviere-ayant-egorge-ma-mere-ma-soeur-et-mon-frere.fr.html

    RépondreSupprimer
  3. comment l'oublier quand on l'a vu ?

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...