jeudi 24 avril 2014

A girl is a gun


LoranVeille4 (critique spectateur professionnel sur Allociné et critique professionnel amateur sur une chaîne cryptée) : "Un western que quand on te tire dans le bras, bah ! tu boites."
Et en Wall Street Institute language, ça donne : "Euh ouesterne zat ouène you poule in zeu arme, bah! you limpe."

Pour vous


Passé totalement à côté de la réédition, l'été dernier, de cette perle, unique album du petit frère de Klaus Dinger (Neu! , La Düsseldorf, s'il y en a encore qui ne connaissent pas sur le bout des doigts leur histoire du Krautrock) datant de 1982 :  merci à TKPSociety pour le rattrapage !
Für Dich, bien que durant près de 10 minutes, est à ranger illico dans la si convoitée catégorie "morceau dont on aimerait qu'il ne s'arrête jamais".

mercredi 23 avril 2014

"Guitar hero"(ïque)


Je profite d'être en pleine période rock héroïque (qui a pris sa place pour The Chameleons à La Maroquinerie ?) pour vous confesser, chers lecteurs, que mon morceau préféré de U2 est Party Girl - ouh ! ouh ! ouh ! uhouhouh ! - et que mon disque live, catégorie méprisable j'en conviens, favori est, bingo, Under A Blood Red Sky.
Il faut dire que U2 a une place particulière dans mon petit coeur de rocker puisque c'est le premier groupe dont j'ai été fan (façon de parler, je ne suis évidemment pas du genre à être fan). Avant la bande à Bono, il y avait bien eu Jean-Michel Jarre (à qui l'on doit le mythique Les Concerts en Chine), Dire Straits (qui, eux aussi, se défendent pas mal avec leur Alchemy Live) et Johnny Clegg & Savuka (ma période Johnny Clegg fut très courte, à cette époque, je n'étais pas encore assez open d'esprit pour approfondir pleinement sa discographie : s'il existe un bon live, ne me le faites pas savoir, c'est trop tard !), mais tout ça c'était les groupes de papa et maman (Johnny Clegg, c'était surtout maman) ; U2, lui, sera Mon premier groupe à moi tout seul, le groupe de mes années collège, vite balayé, inconstance de la jeunesse, par la découverte des Buzzcocks (je me souviens d'avoir acheté tous leurs disques lors d'un séjour linguistique à Gloucester où ces putains de rosbeefs n'hésitaient pas à changer de trottoir pour nous taper) et de Bernard Lenoir, amen.

PS : le syndrome "je préfère le premier album" me fait dire que Boy reste un très bon disque post-punk.

lundi 21 avril 2014

"that was wonderful !"



Un mois et demi après cette improbable prestation chez David Letterman, je ne sais toujours pas trop quoi penser de Future Islands et de Singles, leur nouvel album.
Parce que Future Islands c'est un peu comme si votre beau-frère ingénieur en informatique, alerte t-shirt rentré dans le futal, avec, au synthé, son collègue, fan de A-Ha depuis la première heure, et, à la basse, son ami d'enfance, rencontré en 5ème au club d'échec, s'étaient mis en tête de faire renaître le rock héroïque en 2014 (!) avec tant d'enthousiasme et de sincérité qu'il serait juste impossible de se foutre de leurs gueules et de rester insensible à leurs refrains, véritables morceaux de bravoure taillés pour le stade du Premier-Mai qui redonneraient presque foi en la vie.

Future Islands : Singles (4AD, 2014)

samedi 19 avril 2014

"Enfin seul !"

 

Peter Handke : Essai sur le Lieu Tranquille (Gallimard, 2014)

vendredi 18 avril 2014

Voix sans issue


#Blonde #EBM #FaceB #Gourmette #JeansBleuClairTailleHaute #Moustache #Saxo #Synth #TatouagedAigleSurlEpauleRinNaFoute #Yaourt
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...